Actualités réseau

mardi, 18 avril 2017

MUSIQUE ET SANTÉ MENTALE À BAS LES TABOUS

À la lumière des témoignages des artistes et des artisans de la musique québécoise, les enjeux de santé mentale demeurent tabous, quoiqu’une prise de parole et de conscience semble émerger.

Lorsque Julie Baril, chercheuse à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, a invité les musiciens à répondre à un questionnaire en ligne, anonyme de surcroît, dire que la réponse a été timide relève de l’euphémisme. Les questions touchaient à deux volets : l’audiologie et la santé mentale. « On a observé un crash du taux de participation à la partie sur la santé mentale, note-t-elle. Ce n’est pas anodin. Beaucoup de gens ne voulaient pas répondre. On l’avait prévu, mais jamais à ce point-là. »

Voir l’article complet dans la Presse+.